lundi 9 avril 2007

Des contestations sur le nom Biju Duval

Le nom de famille Biju-Duval a évolué au cours du temps. D'une année sur l'autre, dans les papiers d'archives, il peut prendre une forme ou l'autre, comme les extraits d'actes publiés ici le montrent. On peut cependant dégager des phases :

-Avant 1728, la forme Biju initiale l'emporte : à St Crepin aux Bois (Oise) au 17e siècle, Charles Biju ne porte pas de surnom supplémentaire, alors que les registres le désignent à plusieurs reprises comme parrain ou témoin à partir de 1681. Il en est de même à son décès le 15 mai 1690 à St Crepin aux Bois.
Première mention du nom Biju relevée, du 2 décembre 1681, lors du baptême d'Anne Fatoux de laquelle Charles est parrain, à St Crepin aux Bois (Oise).


-Claude Biju dit Duval, soldat d'élite, garde du gouverneur du Dauphiné, porte une première fois ce nom en 1728 à la naissance de sa fille Marie (alias Marie-Victoire). Son fils, officier de l'armée ajoute encore la particule d'Algrès après 1745 (nom venu de sa grand-mère), alors qu'il faut de plus en plus être noble pour devenir officier dans l'armée française. D'où viennent ces surnoms ? A l'époque, pour désigner l'appartenance à un corps tel qu'un régiment, on attribuait des noms spécifiques à ses membres, comme par exemple le nom d'une fleur ("la violette"), d'une vertu ("jolicoeur") ou d'une particularité physique ("le boiteux"), des noms commençant par la même lettre (par exemple "D") ou l'origine géographique ("le Breton, le Normand"). Ici, l'origine géographique (la vallée de l'Aisne ?) a sans doute prévalue pour Claude Biju dit Duval. Il existe au Canada de nombreux descendants de soldats qui portent encore des surnoms. Le surnom Duval existe pour plusieurs autre noms de famille, comme "Legris Duval" (confesseur de Louis XVI), Bigot dit Duval, Basset dit Duval ; Blouin Duval, Jobbé Duval, etc....
-Dans les années 1740, Claude Biju se fait appeler "Claude Duval" et signe ainsi, comme du reste sa fille "Marie Victoire Duval", née pourtant Biju dit Duval en 1728, qui signe "m. Duval".
-Dans les années 1780-91, plusieurs actes appellent encore les Biju dit Duval, "Duval" : le surnom l'emporte sur le nom. Pierre Philippe Biju Duval d'Algrès se fait aussi appeler Duval d'Algrès.
-La Révolution conduit cependant Casimir Antoine Biju dit Duval à ne plus signer que "Biju" au lieu de "Bijuduval" comme auparavant(1793-95). Son frère signe "Bijuduval jeune".
-à l'époque impériale, Casimir-Antoine et son fils Edouard étant devenu fonctionnaires, leur nom est celui de l'état-civil : Biju (Edouard était né en 1794... et alors son père n'utilisait plus le "Duval") ; cependant les actes officiels les désignent sous la forme "Biju, dit Biju-Duval".
-Quand Edouard Biju-Duval se marie en 1852, il s'appelle une dernière fois Biju dit Duval : ensuite, c'est la forme Biju-Duval (avec ou sans trait d'union) qui prévaut, jusqu'à nos jours.


LES HESITATIONS DES OFFICIERS DE L'ETAT CIVIL :








Voici les 4 exemples trouvés qui montrent que les officiers d'état civil ne savaient où donner de la tête dans cette évolution du nom de famille, variant au fur et à mesure, avec des retours en arrière liés aux circonstances politiques. En 1787, alors que cela fait longtemps que le surnom "dit Duval" est porté, le transcripteur de l'acte nomme Casimir "Biju", et précisant "dit Duval non porté dans l'extrait de baptême". De la rigueur commencerait sans doute à apparaître...


En 1811, c'est plus compliqué car Pierre Biju a changé à la fois de prénom et de nom : si "Pierre Philippe" est son prénom stable, son nom change de "Biju d'Algres" à "Duval d'Algres", et en 1811, sa fille entend tout porter à la fois : "Biju Duval d'Algreis". L'acte de repréciser les choses, mais se trompe à nouveau en disant "Pierre Philippe Biju Duval ses véritables prénom et nom", en oubliant derechef de préciser "D'Algreis"....
En 1835, Casimir Antoine doit préciser : « C’est par erreur si en l’acte de naissance de l’époux, on n’a pas donné au père de l’époux le surnom de Duval », surnom qu'il porte maintenant depuis longtemps et de manière intégrée à son nom. En 1835, la monarchie est revenue, il est de nouveau de bon ton de porter un nom long, mais les officiers d'état civils sont désormais rigoureux et essaient de mettre de l'ordre...

En 1852, date où apparait pour l'avant-dernière fois le "dit", il s'agit d'identifier le père du marié, Casimir Antoine Biju dit Duval", nommé ailleurs"Antoine Casimir Biju Duval". Avec la mort d'Edouard Biju dit Duval en 1865, l'état-civil tourne la page du surnom et intègre celui-ci au nom d'origine de la famille : Biju qui devient ensuite "Biju-Duval" invariablement.


1720 : mariage de Claude BIJU


Claude, fils de Charles BIJU, ne dit pas alors porter le surnom de Duval qui n'apparaitra dans les actes qu'à la naissance de sa fille en 1728. Mais ce surnom est peut-être antérieur.

1723 : naissance de Léonard Biju


Claude Biju et son fils Léonard sont nommés "Biju" sans apparition du surnom "Duval".

1728 : naissance de Marie Biju dit Duval


ON remarquera qu'à l'origine, le seul nom de "Biju" était mentionné, mais a été ajouté en surligne "dit Duval", sans doute sur intervention de la famille.

1761 : acte fait par Léonard Biju dit Duval


"Duval" est vu comme un surnom : Claude le père est nommé "Biju" dans l'acte, Léonard "Biju dit Duval", mais il signe "Biju".

1763 : naissance de Honoré Léonard Biju


Léonard ne porte pas le surnom "Duval" de son père. Il signe Bijus, recopiant peut-être ce qu'il lit sur l'acte (un "pâté" ressemble à un "s")

1765 : naissance de Geneviève Biju


Léonard signe "Biju" et ne porte pas le surnom "Duval".

1765 : décès de la fille de Léonard Biju, Geneviève


Léonard Biju n'est alors pas présent.

1767 : naissance de Casimir Antoine Biju


Léonard Biju ne porte toujours pas le surnom "Duval" de son père : il le fera après sa mort. Il signe BIJU

1771 : décès de Claude Biju dit Duval


Si Claude Biju dit Duval est bien nommé comme tel, son fils Léonard ne signe alors que "Biju". Il n'en sera pas de même moins de 10 ans après. Duval est vu comme un surnom, qui a l'air de ne concerner alors que Claude.

1777 : BIJU DIT DUVAL


Dans un acte de vente, signature de Léonard Biju dit Duval, qu iajoute à son nom le surnom de Duval dans sa signature.

1783 : inventaire après décès de Léonard Biju dit Duval




"Biju dit Duval" : on a donc ici "Duval" compris comme un surnom. L'oncle signe Biju d'Algres. Biju est vu comme le nom. Seule curiosité : on a ici un rare cas où on nomme un Biju-Duval par son seul surnom, "Duval". En fait, le notaire utilise tour à tour, dans des lignes qui se suivent immédiatement "Biju", "Biju dit Duval" et "Duval". On est en plein flottement.

1783 : décès de Léonard Biju dit Duval









Lors du décès de Léonard Biju dit Duval, ses deux fils signent Biju dit Duval, Honoré Léonard ayant une forme très élaborée de signature qu'il simplifiera plus tard. L'oncle et tuteur des deux orphelins signe "Biju d'Algres", de même qu'il signe ailleurs "D'algres" ou "Duval d'Algres".
Duval est donc, en 1783, encore considéré comme un surnom.

1787 : mariage de Casimir Antoine BIJU dit DUVAL







Casimir Antoine se marie, âgé de 20 ans, en 1787. L'officier d'état civil conteste le nom de "Biju Duval" qu'il dit porter ; mais il accepte de mentionner "dit Duval non porté dans l'extrait de baptême". Casimir Antoine, jeune, signe donc conséquemment en "Biju dit Duval", Duval étant vu comme un surnom dans l'acte ; son frère Honoré Léonard signe "Bijuduval", ayant depuis plus longtemps adopté cette graphie ; quant à l'oncle "D'algres", il ne signe que par son surnom propre.
On a donc ici un acte de transition de "Biju" à "Biju Duval", car dans les actes suivants, Casimir Antoine signera "Bijuduval", en intégrant le surnom au nom dans une forme longue. Sa signature n'a pas ici le "C" calligraphié ultérieur, et n'a qu'une boucle : Casimir-Antoine n'a pas encore sa signature définitive, laquelle n'est pas encore très élaborée.



1788 : naissance de Casimir Pierre Biju Duval





En 1788, même s'il y a agitation, la Révolution est impensable dans la forme qu'elle prit ultérieurement. Casimir Antoine prend pour parrain son oncle "Duval d'Algres", le chevalier de St Louis, et signe toujours sous la forme Bijuduval, forme longue de son nom : le "surnom" a complètement été intégré dans le nom, qui prend donc une forme longue, presque aristocratique, comme pour l'oncle "(Biju) Duval d'Algres".


En 1791, la monarchie vient de quitter Versailles pour Paris, ruinant les commerçants de Versailles, en particulier Casimir Antoine Biju Duval qui fournissait les gens de la cour. Celui-ci nomme sa fille "Marie Gabrielle Antoinette", mais dans ses papiers intimes, il l'appelle "Marie Antoinette Gabrielle" : il semblerait donc avoir fait un hommage à la reine, un peu camouflé. La forme du nom employée est celle qui est actuelle " Biju-Duval", avec signature longue qu'il a toujours employée.

1792 : naissance de Léonard Sylvestre Biju Duval





Dans la déclaration de naissance de son fils Sylvestre, Casimir Antoine a une signature dont on ne lui connait qu'une seule forme dans le dossier documentaire, liée à la présence sur place de son frère ainé. Il signe "Bijuduval jeune", alors que son frère signe "Bijuduval".
Le nom dans l'acte a sa forme longue avec accolement maintenant classique entre "Biju" et "Duval"

mai 1793 : naissance de Sébastienne Bijuduval



Casimir Antoine Bijuduval, pour la dernière fois, signe la forme longue de son nom "Bijuduval" avec la belle calligraphie en "C" "A" marquant son prénom. L'étude de cette signature révèle bien une recherche de type aristocratique, mais en mai 1793, à l'aube de la Terreur, il va bientôt falloir prendre de nouvelles habitudes.

1794 : naissance d'Edouard BIJU dit DUVAL




En pleine terreur à Versailles, Casimir Antoine Biju dit Duval préfère raccourcir son nom pour faire plus citoyen (voir aussi l'acte de 1797) : il signe Biju, comme signait jadis son père ; mais cette forme n'avait jamais été de son fait, et ce retour en arrière manifeste que Casimir Antoine tient compte du contexte politique nouveau pour signer ; il ne peut cependant ignorer le "Duval" qu'il déclare donc comme surnom : il est "dit" Duval.

1792 : décès de Sylvestre Duval


Nous avons ici un cas particulier : Sylvestre Biu Duval a été mis en nourrice loin de la famille, nourrice chez laquelle il meurt. La déclaration faite est donc effectuée par des gens qui ignorent le nom de famille exact, ils ont en particulier oublié le "Biju", plus rare que "Duval". Le père de l'enfant, au lieu d'être donc "Casimir Antoine Biju Duval", devient "Antoine Casimir Duval"...

1797 : naissance de Justine Biju dit Duval




Casimir Antoine, comme pour son fils Edouard, raccourcit son nom pour faire plus "citoyen" et révolutionnaire, employant le sec "Biju", et réaffirmant que Duval est un surnom par le "dit", élement qu'il avait auparavant omis de manière très peu involontaire.

1797 : décès de Justine Biju Duval


La déclaration n'étant pas faite par un membre de la famile, on a donc une déclaration "neutre" c'est-à-dire qui ne trahit pas les intentions du père, mais révèle le nom tel qu'il est utilisé couramment. On a donc la forme du nom telle qu'utilisée depuis longtemps, sans tenir compte des actes d'état civil précédents ou des événements politique.

1813 : mariage de Marie-Antoinette Biju Duval


Dans cet acte, "Biju-Duval " est écrit alternativement avec ou sans trait d'union. Cet acte étant reconstitué, cela peut être davantage dû à l'inattention du transcripteur qu'aux mentions de l'acte originel.

1820 : naissance de Louis Antoine Eugène Bijuduval


On remarquera ici la forme définitive du nom, mais le tout est attaché. Cet acte est cependant reconstitué suite à l'incendie de 1871.

1835 : 3e mariage de Casimir Antoine BIJU dit DUVAL


Acte reconstitué du mariage de Caismir Antoine Biju Duval en 1835.
La mention marginale mentionne "Biju-Duval", mais dans l'acte, Casimir Antoine est désigné sous le nom de son acte de naissance : "Biju dit Duval". La signature a disparu dans l'acte originel en 1871.

1844 : décès de Casimir Antoine BIJU DUVAL


L'acte de décès de Casimir Antoine en 1844 n'existe plus sous la forme originale, dans la mesure où la Commune de Paris en 1871 a conduit à l'incendie de l'Hôtel de Ville et à la destruction de milliers d'actes. On a donc une forme reconstituée postérieure à 1871 ; elle reprend théoriquement les formes originelles du nom Biju-Duval. Il reste cependant un doute.